ORDONNANCE

Travail d'archivage de la plante.

Ce qui m’étonne toujours dans les boîtes de médicaments, ce sont les notices d’utilisation : les conditions à respecter, les effets indésirables et surtout la composition qui en générale est incompréhensible, effrayante, et pousse souvent le malade à se rendre sur internet pour en savoir plus.
Avec l’homéopathie c’est différent, on utilise la macération des plantes pour faire des granules, et le médicament devient tout de suite moins agressif. Mais ce n’est pourtant pas directement les feuilles, les racines ou les graines de la plante. C’est comme si le côté médical, le passage par le laboratoire, l’aspect, l’emballage, étaient indispensables à la guérison.
Aujourd’hui on a perdu des connaissances importantes : celles des plantes officinales. D’où elles viennent, comment elles poussent, et de qu’elle manière peuvent-elles remplacer tel ou tel cachet.

Ici les tubes d’homéopathie deviennent des collecteurs de graines.

Chaque tube est référencé, et avec un smartphone, on peut scanner le code situé sur le haut du tube de graines, cela nous envoie directement sur le site référence :

https://sites.google.com/site/laurecotten/

Ce site fait office de notice d’utilisation de la plante.
Il se lit comme une notice de médicament, mais il se compose de détails concernant la culture de la plante concernée, ses bienfaits, et comment cette plante est devenue «plante médicinale».

_IGP2167.jpgDSC_0625.JPG_IGP2171.jpgDSC_1628.JPG